Jeune auteur-compositeur-interprète montréalais dont la carrière est en plein essor, Éric Charland est un artiste au brillant parcours. Son talent a d’abord été remarqué dans plusieurs concours où il remporte beaucoup de succès. En 2013, il est finaliste à Ma première Place des Arts et au Festival international de la chanson de Granby. Il lance, en 2014, son premier microalbum homonyme dont les titres « Je n’irai pas » et « Alexandra » sont diffusés sur les ondes de plusieurs radios, lui valant une reconnaissance grandissante sur la scène musicale québécoise. Sa trajectoire connaît depuis une ascension remarquable. En 2015, il est lauréat de Chante en français et du Prix du public à l’Étoile montante des FrancoFolies de Montréal, puis titulaire de cinq bourses, dont le grand prix Sirius XM décerné au Festival en chanson de Petite-Vallée et le prix Coup de cœur du ROSEQ. Après avoir partagé la scène avec les sœurs Boulay, Pierre Lapointe et Ingrid St-Pierre, Charland participe à plusieurs spectacles en France et en Belgique, ce qui l’amène à recevoir une invitation à participer au prestigieux stage d’écriture de Francis Cabrel. En 2018, Éric Charland fait paraître un second minialbum, La tristesse n’est qu’une saison, où il délaisse une musique acoustique dépouillée pour explorer de nouvelles sonorités électroniques, d’inspiration anglo-saxonnes, complexes et raffinées. Plus personnels, ses textes traitent avec audace et profondeur d’un amour au masculin, de solitude et de la désillusion d’une génération désabusée par son insatiable quête de bonheur. Figure singulière du paysage musical francophone actuel, Éric Charland s’accompagne au piano et aux synthétiseurs pour livrer avec sensibilité une pop claire-obscure aux mélodies accrocheuses. La tristesse n’est qu’une saison plonge dans une ambiance nocturne mystérieuse où l’aube, lumineuse, semble se laisser deviner.